t.i.p.t.o.e

27 janvier 2005

THE END

Ce blog est maintenant...décédé.

Posté par over à 20:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]


21 janvier 2005

Les nuits

Les amoureux qui s'embrassent sous la Lune trahissent son secret.

Je joue à la fun-en-bulle... en équilibre sur l'ombre des fils électriques...

Je joue à tout plein de choses!

Posté par over à 21:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 janvier 2005

MOI

Posté par over à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ma passion.

Ma passion, c'est de fixer les gens. Mais biensur, comme ce sont des humains, ils sont très différents (drôle, rire, ahah, ironie.) Leurs réactions face à la pratique de ma passion se classent en plusieurs catégories.

1ere catégotie:

Ceux qui se mettent en colère. Ils croient que tu te fous de leur gueule. Si tu les observent membre après membre, ils pensent que tu les jugent.

Expérience d'aujourd'hui: j'ai constaté qu'il ne faut pas regarder les gens en riant. Il ne faut pas regarder leur corps. Comme si, pour rire, il ne fallait regarder que le néant.

 

2eme catégorie:

Ceux qui jouent au jeu du regard. Dès qu'ils commencent à faire ça, il faut détourner le regard. ce n'est pas le but du jeu, de jouer à celui qui restera le plus longtemps. Non... car le vrai but du jeu, c'est d'obtenir un échange. ce que je rêve, c'est de trouver les yeux parfaits dans lesquels tout déverser. J'ai déjà trouvé des yeux pas mal. mais généralement, les gens ne jouent pas avec moi. Ils se contentent de se plonger dans mes yeux quelques instants, puis détournent le regard aussi vite.

ANNONCE !!!!

je cherche une personne voulant bien jouer aux yeux

laissez vos commentaires et dites simplement la couleur de vos yeux comme identifiant.

merci.

 

 

Posté par over à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2005

Ce que j'ai gratté sur papier à cet instant là.

Le chat est passé, le Roi s'en est allé... Fier, et docile.

Si j'ai un cheveu de travers, qu'on me pende avec.

 

QU'UN EMBALLAGE DE MC CRISPIES SOIT COLLE AU FOND DE LA COUR AU PING PONG SI JE SUIS EN SECRET L'AMOUREUSE DE QUELQU'UN.

 

Je n'ai pas eu besoin de parler, je n'ai pas eu besoin d'y penser, elle savait déjà, elle savait depuis longtemps, avant même que je le sache moi seule.

 

Comme ANTIGONE, moi  c'est TOUT ou RIEN.

Je veux du grandiose, de l'héroïsme, de l'humanité en gros morceau, je veux différemment, JE VEUX TOU, je veux la Lune, je veux qu'on m'offre des étoiles, je veux exister, je ne veux pas qu'on dise le mot excès, puisqu'où est le mal à vivre comme on veut ? Je veux un garcon fou, un fou, fou de la vie, je veux qu'ikl me montre ce qu'est être 2. et pas juste 1. Pas juste lui. Pas justes ses envies. Pas juste toi.    Faut juste se souvenir

Posté par over à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les instants qui volent. Bas|Haut.

Moi en train de gratter du papier avec mon super stylo de la mort qui déchire tout

Posté par over à 19:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ce soir

Un chat est passé, Jason et sa main dans la mienne, nos bouches et nos amours mélangés.

Posté par over à 00:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2005

Enervement

Je me suis arraché les cheveux d'énervement. C'est fou comme ça calme.

Je déteste ...

Posté par over à 17:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2005

Non

En fait, je suis heureuse.

J'ai tout pour être heureuse. Et je le suis.

OUAIS

je suis contente

Posté par over à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dans le train

Tout à l'heure, dans le train en provenance de Marseille St-Charles, j'ai vu des bateaux. Des bateaux alignés, comme des bon z'ommes allongés. Ils étaient là, posés sur la terre, le ciel était sombre, il n'y avait déjà plus de couleurs. Ils étaient morts. Ils étaient recouverts d'une bache blanche. Une bache par bateau. Je le sais, qu'ils étaient morts, sinon, on aurait pas recouvert leurs corps...

 

moi, je suis pas celle que je dis être

Je ne suis pas heureuse. Mais ça vaut mieux de rien dire. Déjà parce que je ne me supporte pas moi même, disons que me savoir malheureuse de ma vie m'exaspère, et donc je me méprise. Du moment que je ne me méprise que toute seule...

 

Demain vendredi je prends le bus.

Posté par over à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]